ANORI - poèmes au vent de l'Arctique

68°44’N – 52°21’W, Akunnaaq, Groenland

Après un an en Arctique, me revoilà parmi vous pour le partage de cette expérience unique, avec la publication d’un poème par jour jusqu’à la semaine prochaine. J’ai eu la chance d’être second Capitaine à bord du navire Le Manguier pris dans les glaces, pendant la résidence « Artistes en Arctique 2019 », et de vivre cette nouvelle aventure avec les artistes Roxane Terramorsi, Cécile Fouillade, Cléa Darnaud, Bénédicte Klène, Eric Bourret, sous l’œil toujours bienveillant du Capitaine Philippe Hercher. Dans ce partage d’expérience, il est bien davantage question d’ouvrir la dimension du temps présent plutôt que de conter. Expérience humaine autant que spirituelle, je vous souhaite bon voyage dans cet espace poétique au cœur de l’hiver arctique !


« ANORI », « le vent » en Groenlandais, est une création de Land Art réalisée en 2019 à Akunnaaq, Groenland, parrainée par l’association « Les Amis du Manguier ». Sur une ancienne toile à voile, j’ai invité les enfants du village et le doyen, Peter Larsen, à exprimer par des dessins, des textes et des poèmes leurs émotions face à la Nature omniprésente qui les entoure, puis à suspendre ces œuvres dans des lieux porteurs de sens. J’ai rejoint cette initiative avec la calligraphie de mes « Poèmes arctiques » à l’encre de seiche. Tels des drapeaux de prières, les toiles sont exposées aux quatre vents, porteurs de messages intimes dans l’infini paysage de l’Arctique.


Installations poétiques éphémères


De l’ouverture du présent

Du désert

De l’espace

De l’impermanence

Du cœur à l’espace par l’intermédiaire de la voile

Du lien d’attachement entre cultures groenlandaise et occidentale

Du contraste entre la nature impalpable de la poésie et la rudesse du vent de l’Arctique

De la dimension qui s’ouvre entre extrême force et pure douceur

De la symbolique des drapeaux de prières

De l’encre de seiche comme moyen d’écriture

Du détournement de l’objet usuel comme support d’œuvre poétique

Du fil à linge comme support artistique minimaliste

Du lien entre les cultures et les générations

De la création mue par la nature

De l’émotion née du silence

De l’émotion née du bruit de la voile dans le vent

De la disparition de la structure en tant qu’œuvre pour que ne subsiste que le message, l’intention poétique.



www.oijha.com/anori

Réalisé dans le cadre de la résidence « Artistes en Arctique » effectuée sur Le Manguier lemanguier.net

Tous droits réservés Oïjha 2019

19 vues
  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
    Abonnez-vous au site!